Vous êtes nombreux à vouloir savoir si les Templiers géraient un système bancaire sophistiqué. Deux choses sont souvent affirmées à propos des chevaliers du temple et de leur richesse.

Premi√®rement, ils poss√©daient des quantit√©s massives de ¬ę¬†tr√©sor¬†¬Ľ, dont une partie aurait √©t√© d√©couverte √† J√©rusalem et le reste dans des lieux-saints. Les d√©tails ne sont jamais tr√®s pr√©cis, mais on pense qu’il s’agit d’une combinaison d’argent, de terres et, bien s√Ľr, de reliques sacr√©es comme l’Arche d’Alliance, d’une valeur incalculable pour la papaut√©, l’Archev√™que et le clerg√©.

Deuxi√®mement, ils op√©raient comme des banquiers en prenant des d√©p√īts des p√®lerins, des seigneurs et comtes ainsi que des nobles qui pouvaient ensuite retirer leur argent dans n’importe quelle maison templi√®re, de Londres √† J√©rusalem. Cela signifiait que la noblesse et les riches n’avaient pas √† tra√ģner leur butin derri√®re eux dans des cercueils avec le risque d’√™tre vol√©s sur le chemin de leur destination.

Les Templiers en tant que banquiers

Je vais me concentrer sur le deuxi√®me type de richesse dans cet article. Au fur et √† mesure de leur apparition pendant le Moyen-√Ęge, les Templiers ont d√Ľ conna√ģtre la mani√®re dont les pr√™teurs d’argent op√©raient, dont beaucoup dans les communaut√©s juives. Les Juifs √©taient souvent exclus des autres professions et les chr√©tiens n’avaient pas le droit de facturer des int√©r√™ts. Cela a donc ¬ę¬†encourag√©¬†¬Ľ les Juifs √† se lancer dans le pr√™t d’argent, ce qui les rendait parfois assez impopulaires en Occident.

Ils n’√©taient pas les seuls √† manipuler de grandes quantit√©s d’or et de lingots. L’√©glise, les aubergistes et les orf√®vres stockaient √©galement beaucoup d’argent. Lorsqu’√Čdouard Ier d’Angleterre a saisi les d√©p√īts priv√©s en 1294, il a commenc√© par s’en prendre aux monast√®res. Le c√©l√®bre roi Philippe de France, ennemi jur√© des Templiers, avait d√©j√† d√©pouill√© les moines, les juifs et les marchands avant que son regard avide ne se tourne vers les chevaliers.

Banquiers ou prêteurs sur gages ?

En ce qui concerne l’autre activit√© financi√®re m√©di√©vale des Templiers, il y avait aussi des pr√™teurs sur gage m√©di√©vaux. Cette profession fait remonter ses activit√©s en Chine, il y a trois mille ans. Mais elle ne s’est r√©ellement d√©velopp√©e en Europe qu’avec les premi√®res v√©ritables banques en Italie du Nord au XVe si√®cle, bien apr√®s l’√©crasement des Templiers.

Cependant, il y a eu des occasions o√Ļ l’ordre des Templiers ressemblaient beaucoup √† des pr√™teurs sur gage. Par exemple, pour financer ses guerres contre ses propres barons en Angleterre, Henri III a contract√© d’importants emprunts aupr√®s des Templiers et leur a confi√© les joyaux de la couronne en garantie. L’ordre a √©galement n√©goci√© un accord immobilier pour Henri III, l’aidant √† acheter l’√ģle d’Ol√©ron, en payant le vendeur par versements √©chelonn√©s sur cinq ans.

Les Templiers, tr√®s t√īt dans leur histoire, se sont retrouv√©s √† g√©rer un grand nombre de legs, de donations et de d√ģmes sur les membres. Mais ils se sont rapidement transform√©s de d√©positaires de la richesse d’autrui en banquiers de d√©p√īt. Pourquoi ?

Les banquiers templiers et les croisades

trésors de l'ordre des chevaliers templier pièces d'or et bijoux

La raison est les croisades. Une entreprise militaire de grande envergure n√©cessitait une √©norme canalisation des ressources de l’Europe occidentale vers le Moyen-Orient. On peut supposer que les Templiers ont compris que leur r√©seau de l’Angleterre au Levant, leur offrait l’infrastructure n√©cessaire pour y parvenir.

Lorsque d’√©normes taxes √©taient pr√©lev√©es en Angleterre ou en France pour financer les croisades, le r√©seau templier pouvait √™tre utilis√© pour transmettre cet argent l√† o√Ļ il √©tait n√©cessaire. Cela pla√ßait les chevaliers dans une position privil√©gi√©e lors des croisades.

Non seulement ils pouvaient offrir √† un roi chr√©tien une force militaire suppl√©mentaire sous la forme de leurs chevaliers, mais ils pouvaient √©galement offrir une ligne de cr√©dit √† un roi ou √† un prince. Et l’argent, comme nous le savons, est synonyme de pouvoir.

L’id√©e d’√©mettre un √©quivalent m√©di√©val des ch√®ques – des morceaux de papier que l’on pouvait emporter d’un endroit √† l’autre et utiliser pour retirer des esp√®ces sonnantes et tr√©buchantes en cas de besoin – est peut-√™tre venue des foires commerciales m√©di√©vales. Les changeurs de monnaie avaient souvent des stands dans les grandes foires d’Europe.

Les clients pouvaient aller d’une foire √† l’autre en encaissant des ch√®ques au lieu de transporter de grandes quantit√©s de pi√®ces de monnaie avec eux. Notez que les premiers Templiers √©taient originaires de la r√©gion de Champagne, en France, c√©l√®bre pour ses grandes foires dans la ville de Troyes, un lieu d’une grande importance pour l’ordre. Peut-√™tre y ont-ils puis√© des id√©es sur la mani√®re de mener une op√©ration financi√®re mondiale.

J’ai mentionn√© le nord de l’Italie comme l’endroit o√Ļ les banques modernes allaient se lancer dans les ann√©es 1400, domin√©es par des familles comme les M√©dicis. Mais m√™me dans la G√™nes du 12e si√®cle, nous pouvons voir les premiers signes de la banque de d√©p√īt. Se pourrait-il que les Templiers italiens aient apport√© √† l’ordre un certain sens financier de G√™nes ou de Venise ? Pure sp√©culation, bien s√Ľr.

Les banquiers templiers utilisaient-ils des codes secrets ?

La fa√ßon dont les Templiers √©vitaient les transactions frauduleuses est un peu un myst√®re. Cela a donn√© lieu √† des discussions sur les codes secrets utilis√©s pour s’assurer de l’authenticit√© des ch√®ques. J’ai m√™me vu ces codes publi√©s en ligne – pas si secrets que √ßa !

Le probl√®me des Templiers est que leur mission fondamentale – la raison de leur existence – s’est effondr√©e √† la fin du XIIIe si√®cle. La majeure partie de la Terre Sainte a √©t√© perdue. √Ä ce moment-l√†, ils √©taient engag√©s dans toutes sortes d’activit√©s financi√®res qui n’avaient que peu de rapport avec les croisades.

On pourrait dire qu’ils ont fait preuve de pr√©voyance, en utilisant les comp√©tences qu’ils avaient acquises en interne pour aider le roi de France √† g√©rer ses comptes plus efficacement, par exemple.

Les gestionnaires de fonds modernes applaudiraient probablement les Templiers en tant qu’entreprise pour s’√™tre d√©tourn√©s d’une entreprise en difficult√©. Mais ce n’est pas ainsi que l’esprit m√©di√©val fonctionnait.

Chevalier templier en armure combat croisade du moyen √Ęge

La perte de tous leurs ch√Ęteaux au Levant et leur incapacit√© √† prot√©ger les royaumes chr√©tiens de J√©rusalem, d’Antioche et de Tripoli signifiaient que Dieu ne favorisait plus ces vaillants guerriers. Et les langues se sont d√©li√©es. Et les moines ont √©crit des diatribes venimeuses. Petit √† petit, leur r√©putation a √©t√© d√©truite.

Sans leur objectif principal, les Templiers sont incapables de survivre, quel que soit leur talent de banquiers. Les chevaliers de l’ordre du Saint S√©pulcre ont √©t√© victime de leur succ√®s. La destruction de l’ordre, l’arrestation et le bucher pour Jacques de Molay n’est que le retour du b√Ęton de leur immense puissance et richesse accumul√© dans leur ch√Ęteau des templiers.